A propos du Moulin de Pezenas

Origines et architecture

Dans un hameau très authentique du Sud de la France, entre Montpellier et Béziers, à l’ombre de platanes multi-centenaires, se dresse Le Moulin de Pézenas. C’est l’un des derniers moulins historiques de l’Hérault. Encore en état de fonctionnement jusqu’en 1918, ses origines remontent au XIIème siècle. Il a été entièrement restauré entre 2014 et 2016 pour devenir un refuge idéal au cœur d’une nature exceptionnellement préservée.

Lorsque Pierres d’Histoire en récupère la propriété, le moulin est très dégradé et a subi quelques transformations disgracieuses très probablement au XXème siècle. Inhabité depuis près de 100 ans, il a été maintenu hors d’eau ce qui a permis de sauver l’essentiel.

«L’ouvrage se compose de deux tours massives de meunerie, de plan oblong, augmenté d’un éperon aval, bâties en calcaire coquillier dur. La construction résulte de plusieurs campagnes. Les bases sont médiévales (XIVeme ou XVeme siècle). L’entrée à l’ouest était protégée par quatre mâchicoulis à arcs portés par des corbeaux à ressauts. Des reprises et adjonctions s’échelonnent vraisemblablement du 16e au 17e siècle. La date de 1728 inscrite sur l’assommoir, pourrait correspondre à des travaux de réaménagements. Au début du 19e siècle, le moulin est utilisé pour l’irrigation, avec turbine et pompe. La façade sud a été en partie surajoutée et surélevée.» Base Mérimée

Campagne de restauration

Après de nombreuses recherches historiques, il est décidé de demander l’inscription au titre des Monuments Historiques, ce qui ne pose aucune difficulté, compte tenu de la qualité de l’édifice, et apporte une garantie quant à sa pérennité.

Dans le cadre du permis de construire, la seule concession de modification accordée consistera en l’ouverture de trois portes fenêtres donnant sur la terrasse, réalisée avec le même encadrement de pierres que les fenêtres à meneaux d’origine.

Maçons, charpentier, couvreur, etc., entre 5 et 10 personnes se relaieront pendant plus d’un an et demi sur ce chantier pour donner une seconde vie à ce superbe édifice.

 

La restauration débute par le rétablissement de la toiture ; l’essentiel de la charpente est préservé et très légèrement modifié, afin de restituer les débords de la magnifique toiture à l’italienne que quelques traces de corbeaux dans les murs ont permis de retrouver.

La terrasse sur le fleuve a été rétablie en l’appuyant sur les fondations du Moulin d’origine. Quant aux berges, elles ont été consolidées et l’ensemble des circuits d’eau autour du Moulin a été restitué.

Pour l’anecdote, les ouvriers retrouveront sous les limons un quai de 80 mètres de long en pierre de basalte noire. En période de crue, l’accès au moulin se révèle particulièrement difficile et la mise en place de l’alimentation électrique constitue l’une des difficultés majeures de cette restauration.

Sous l’imposante charpente datant de la fin du 19ème siècle, l’intérieur du moulin d’une surface de 250 mètres carré a été aménagé comme une grande demeure familiale même si chaque niveau peut vivre de manière indépendante.  

Puisque dans le passé, seul l’étage avait été habité, il fallait imaginer pour le rez-de-chaussée un aménagement qui ne trahisse pas le passé industriel de ce superbe édifice. Très vite le parti est pris d’opter pour des fenêtres « Grand jour » peintes en noir de telle sorte qu’elles puissent se faire « oublier » sur la façade. Des parefeuilles en terre cuite récupérées sous la toiture seront détournés de leur usage d’origine et réutilisés au sol.

L’aménagement du premier étage est plus simple, aucune modification de façade n’est requise. La principale difficulté réside dans le plan qui fait une large place aux pièces triangulaires dues aux « éperons ». En effet, dans ce bâtiment fortifié, les tours ont une forme d’éperon vers l’amont pour briser le courant. Cette construction héritée de l’architecture militaire médiévale permettait de défendre les installations contre la violence du courant du fleuve.

Des matériaux traditionnels ont été choisis en cohérence avec l’histoire du Moulin ; en effet, les artisans utiliseront principalement la chaux et la pierre coquillière du Gard, une roche sédimentaire qui laisse apparaitre de nombreux fossiles des coquillages.

 

Pour la décoration, les tonalités claires et lumineuses ont été privilégiées, l’utilisation du lin et des cotonnades brutes pour le linge de maison évoque encore davantage la tranquillité et la légèreté des « vacances dans le Midi».

Comme dans chaque maison Pierres d’Histoire, les objets contemporains côtoient les meubles chinés et patinés par le temps. Et tel un clin d’œil élégant au caractère viticole de la propriété, les portes ne sont autres que d’anciennes portes de chais, retrouvées et réadaptées à l’usage quotidien.

 

Pour y séjourner

Sud de la France

Le Moulin de Pezenas

Pour Maison entière pour 10 personnes OU Rez-de-chaussée seul : 4 personnes

A partir de 314 € par nuit